Une grenade

Sabina Bergami, 10 oct, 2014

J'ai rarement vu autant de générosité. Une terre d'abondance que cette contrée turque en route vers Ankara. Car il faut dire que nous avons traversé le détroit du Bosphore et que la côte asiatique de la Turquie se dévoile à nos yeux depuis quelques jours. Depuis Yalova: que des vergers et des plantations d'oliviers et de légumes.
Et les gens là-dedans? On dirait qu'ils sont en compétition: qui va nous offrir les meilleurs fruits, les repas les plus riches? La route est bordée d'oliviers et à leurs pieds des parterres de haricots verts, d'aubergines, de courgettes, des forêts de plants de tomates... et je pourrais continuer...nous sommes ravis et malgré les kilos en plus, souvent nous ne pouvons pas refuser la générosité de ce peuple.
Le marcheur assume sa condition. Il doit le faire. La dame devant chez laquelle nous venons de nous arrêter nous offre avec son plus beau sourire une grenade. Ce fruit magnifique et si precieux! avec une telle fierté! je ne peux pas dire non.je fais la tête en moi, ouf! encore cinq cents grammes. Mais, la douleur, je l'oublie quand je me régale! Et puis le marcheur assume. Il prend son mal de pied en patience car chaque geste génreux est d'abord une preuve d'humanité.